Windows Azure : Microsoft dévoile sa stratégie autour du cloud computing

Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Publié le : 27/11/2008 vers 10h par :
Gilles SALOMON

Microsoft a levé le voile sur Windows Azure, son système d'exploitation et ses services au format cloud computing. Azure sera commercialisé « courant 2009 ».

Comme l'avait annoncé début octobre son PDG, Steve Ballmer, Microsoft a dévoilé au premier jour de sa Professional Developers Conference, qui s'est tenu à Los Angeles du 26 au 30 octobre, un système d'exploitation inédit entièrement dévolu au cloud computing.

Le nouveau venu a été baptisé Windows Azure, un nom qui évoque « l'informatique dans les nuages » traduction littérale de cloud computing.

Microsoft s'appuie sur ses technologies maison :

« Cette présentation est un événement majeur pour les entreprises, comparable à l'arrivée de Windows NT en 1992 [le premier véritable système d'exploitation pour serveur de Microsoft, NDLR]  », s'est enthousiasmé Bob Muglia, vice-président en charge de la division professionnelle de Microsoft.

Derrière le nom Azure, se cache ce que Microsoft assimile à un système d'exploitation - Windows Azure - et une suite de services en ligne, Azure Services Platform, que l'éditeur fournira aux entreprises à partir de ses propres centres de données.

Comme Amazon et Google, la firme de Redmond entend proposer, grâce à Azure, une infrastructure informatique entièrement externalisée qui fonctionne dans des data centers interconnectés par Internet et répartis tout autour du monde sans que les entreprises clientes aient à se soucier de leur localisation.

L'éditeur se différencie toutefois de ses concurrents par une implémentation différente. « Pour construire une telle offre, nous nous sommes appuyés sur notre expertise. Des applications comme Microsoft Update, Windows Live Hotmail, MSN Messenger, etc., utilisent déjà une infrastructure de type cloud computing. Nous avons donc décidé de créer un OS qui permette à nos clients d'en profiter », a expliqué Ray Ozzie, qui a succédé depuis maintenant déjà deux ans à Bill Gates au poste d'architecte en chef de Microsoft.

Selon lui, Windows Azure est comparable à une couche de virtualisation qui permet de fédérer les ressources d'une multitude de machines (serveurs lames, mainframes, clusters de PC, baies de stockage, etc.) pour héberger et administrer des services génériques très divers. C'est pourquoi il est assimilable à un système d'exploitation, les différents types de serveurs jouant ici le rôle de simples périphériques !

Des services indépendants de l'infrastructure : La liste des services que Microsoft entend délivrer à terme est impressionnante.

Azure proposera du stockage (SQL Services), un moteur d'exécution d'application .Net (.Net Services), des services de publication et de partage (Sharepoint Services) mais aussi de la CRM (Dynamics CRM services), des outils de synchronisation, du datamining, de la géolocalisation, etc.

Pour créer des applications capables d'exploiter ces services, les développeurs n'auront pas à changer leurs habitudes. Il leur suffira d'utiliser Visual Studio, Windows Azure pouvant désormais y figurer en tant que système d'exploitation cible au même titre que Windows Server ou Windows Vista.

Selon Steve Mark, program manager chez Microsoft, il sera même possible de tester en local sur son PC une application destinée à tourner sur le « nuage » de Microsoft. Une fois terminées, les applications Azure n'ont plus qu'à être publiées sur la plate-forme d'hébergement de Microsoft par l'intermédiaire d' un portail dédié, qui a ouvert ses portes à l'occasion de la PDC.

BlueHoo et RapidPrairie, deux éditeurs respectivement spécialisés dans les applications pour mobile et les outils de gestion de la chaîne logistique, sont venus montrer les premières applications ainsi disponibles en mettant en avant la facilité de portage et les capacités de montée en puissance de la plate-forme.

Les modalités commerciales restent à préciser : Reste que, pour l'instant, Microsoft n'a pas annoncé les modalités d'accès à sa plate-forme. Ray Ozzie s'est contenté d'indiquer que la consommation de ressources (puissance de calcul, espace de stockage, etc.) et le niveau de service demandé par le client seraient les deux facteurs clés entrant dans la facturation, tout en assurant que les tarifs seraient « très compétitifs ».

Disponible en version CTP (1) pour les développeurs de la PDC, la version finale de Windows Azure devrait être commercialisée « courant 2009 ». Microsoft devrait proposer en priorité les services de stockage (SQL Services) et le moteur d'exécution (.Net services) puis les autres services devraient progressivement suivre.

(1) : Community Technology Preview (Source 01 net)

Votre commentaire:

Votre pseudo :

Votre commentaire :

Saisir les caractères ci-contre dans le champ suivant :
 Rafraichir

PseudoCommentaire
Soyez le premier à réagir !
Nos partenaires : www.bestof-microsoft.com | www.exchangedump.com | www.exchangedump.com | www.formation-exchange.com | www.formation-management-dif.com | www.formation-mcpd.com | www.formation-pmp.com | www.formation-seven.com | www.formation-windows-7.com | www.formation-windows7.com | www.formation-windows-seven.com | www.certification-mcpd.com | www.certification-windows-7.com | www.consulting-exchange.com | www.e-managementinstitute.org | www.certification-mcitp.com | www.formation-mcsa.com | www.bestof-exchange.com | www.exchange-consulting.com | www.bestof-voip.com | www.formation-cisco.com www.formation-mcitp.com.com | www.laboratoire-exchange.com | www.messagerie-consultant.com | www.bestof-windows.com | www.bestof-sharepoint.com | www.messagerie-consultants.com | www.formation-mcts.com | www.consultant-messagerie.com